Nous sommes le Vendredi, 17 Sep 2021
Vous etes ici :     Home Point(s) de vue Les réflexions gaullistes des semaines du 21 juin au 11 juillet 2021 par Christophe CHASTANET
Les réflexions gaullistes des semaines du 21 juin au 11 juillet 2021 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail

Jeudi 8 juillet 2021 :  

Alors que la dernière étape du déconfinement version 2021 est intervenue le 30 juin dernier et que les Français pensaient pouvoir enfin respirer, voilà que le risque d'une quatrième vague "rapide" est clairement évoqué depuis quelques jours face à la progression du variant Delta et la hausse de l'incidence. 

Cette menace d'une nouvelle vague charrie son lot de doutes et de questions. A peine levées, les mesures de restrictions sanitaires vont-elles revenir perturber un été qui peine à arriver ? 

On peut cependant se demander si ce risque est bel et bien réel ou s'il est brandi pour des raisons politiques. 

Entretenir la peur permet de garder le contrôle sur sa population. Y céder ne peut que déboucher sur un surnaturel de l’exclusion et la fabrique de boucs-émissaires. 

L'inquiétude et le pessimisme habitent nos gouvernants qui, décidément, ne savent toujours pas comment envisager la vie avec le virus... alors, quant à imaginer la société post-Covid il ne faut même pas y penser ! 

Il est plus que temps de sortir du quoiqu'il en coûte et d'abandonner la stratégie du "stop and go" qui est un échec... 

La France ne sera pas épargnée par le variant indien - qui est plus contagieux - mais la situation sanitaire ne sera pas identique aux trois premières vagues. Non seulement son impact sera amorti grâce aux vaccins (que nous n'avions pas l'été dernier) mais il ne constitue pas un risque non maîtrisable, preuve il en est la faible admission dans les hôpitaux au Royaume-Uni où le variant a totalement supplanté la souche précédente. 

La capacité du virus à muter ne sera pas éternelle et face à l'immunité collective, il se transformera en un coronavirus banal. Alors, il serait bon de cesser de paniquer à chaque augmentation des indicateurs et d'anticiper plutôt le 3e hiver avec le virus. 

Se préparer sanitairement, à la différence de l'an dernier, sera bien plus utile que regarder ce qui se passe à l'étranger pour modéliser des scénarios qui, au bout du compte, ne se produiront pas. 

Dans ce contexte, l'idée d'une obligation vaccinale pour les soignants semble s'imposer... comme s'ils étaient la seule catégorie professionnelle à être en contact avec la population ! 

Le débat a toujours le mérite d'exister. Mais stigmatiser ne servira jamais la cause qu'elle est censée défendre et rendre obligatoire sera l'objet de controverses sans fin, sur fond d'enjeux éthiques, car le geste vaccinal est d’abord un geste médical qui requiert le consentement le plus libre et éclairé possible... 

Aussi, de consensus, il n'y aura pas. Et cela dépasse largement le cadre des égoïsmes pointés du doigt par les donneurs de leçons ! 

En attendant, utilisons tous les outils pour retrouver une vie normale. En responsabilité. En solidarité. En citoyenneté.

 

Sondage

Comment évaluez-vous la gestion par le gouvernement de la crise liée au coronavirus ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com