Nous sommes le Jeudi, 18 Juil 2019
Vous etes ici :     Home Point(s) de vue Les réflexions gaullistes de la semaine du 11 au 17 mars 2019 par Christophe CHASTANET
Les réflexions gaullistes de la semaine du 11 au 17 mars 2019 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail

Dimanche 17 mars 2019 :

Il aurait été beaucoup plus intéressant de parler ce dimanche des attentes des milliers de Français qui ont marché hier pour le climat, partout en France, dans une ambiance familiale et bon enfant.

Mais malheureusement l'actualité est tout autre. Le 18ème samedi de mobilisation des Gilets jaunes a été marqué par un regain de violences à Paris : de nombreuses boutiques ont été pillées et un immeuble incendié...

Y-a-t-il seulement une finalité dans ces actes criminels à part saccager les signes ostentatoires de richesse de la plus belle avenue du monde ?

Ces scènes d'émeutes urbaines prouvent que les gilets jaunes sont manifestement débordés par les extrémistes et notamment les blacks blocs ultra violents.

Mais cela les dérange-t-il vraiment ? entre indifférence bienveillante et complicité coupable, leur cœur balance.

Car, comment relancer un mouvement qui s'essouffle et imposer ses idées autrement que par la violence quand on est incapable de les partager dans le cadre du débat démocratique : ils veulent être obéis, par tous les moyens.

Alors, comme nous l'affirmons sans cesse depuis début janvier (lire réflexions gaullistes CC, 6/1), ils vont devoir très clairement prendre position quant à la suite de leur mouvement et passer à une autre séquence qui pourrait être la constitution de listes citoyennes aux élections municipales de l'an prochain.

S'ils ne le font pas, non seulement le capital sympathie qu'ils avaient acquis va fondre comme neige au soleil mais les légitimes revendications qu'ils ont portés depuis 4 mois passeront aux oubliettes. Et le pouvoir politique, pour qui le mouvement des "gilets jaunes" est déjà une affaire classée (Emmanuel Macron n'était-il pas en week-end au ski ?), n'attend que ça.

D'ailleurs, où sont les mots d'ordre du 17 novembre lors de l'acte inaugural du mouvement et parmi ceux-ci qui parle aujourd'hui du prix des carburants qui explose à nouveau depuis plusieurs semaines maintenant ?

 

Mardi 12 mars 2019 :

 

 

Coup de théâtre à Alger ! 

Le président fantoche, Abdelaziz Bouteflika, a adressé hier soir un message à la nation dans lequel il renonce à briguer un cinquième mandat et reporte sine die l'élection présidentielle du 18 avril prochain.

Les manifestations considérables et pacifistes depuis le 22 février dernier (lire billet UPF, 27/2 ; réflexions gaullistes CC, 4/3ont fait reculer le pouvoir qui n'avait plus que cette alternative face à lui. Une option inenvisageable il y a encore un mois !

La jeunesse algérienne a l'âge de ce siècle mais connaît sa leçon d'histoire. C'est peut-être le plus beau succès obtenu par le peuple algérien depuis l'indépendance de 1962. Sans qu'une seule goutte de sang n'ait été versée.

Ne nous y trompons pas, nous assistons à des instants où l'Histoire s'écrit et qui sont capitaux pour l'Algérie et le Maghreb.

Il reste maintenant à espérer qu'une véritable alternative démocratique puisse se bâtir sur ces fondements et dépoussiérer les vieilles lunes culturelles et idéologiques de l’Algérie officielle héritées de Boumédiène.

La suite sera aussi importante que ce qui vient de se passer car, pour le moment, le clan Bouteflika reste au pouvoir. Pour combien de temps ? la société civile, qui s’est réveillée, et les partis politiques d’opposition parviendront-ils à s’entendre pour faire émerger un leader face à un des valets ou avatars du « système » qui succèderait sans bruit à Bouteflika aux prochaines élections ?

En attendant, la France peut bien saluer la décision du président algérien mais elle a véritablement été en dessous de tout dans cette crise politique. Les propos minimalistes tenus par le Quai d'Orsay depuis le début de la contestation ne suffiront pas à masquer l'extrême embarras de Paris qui n'avait pas misé sur la chute du raïs, Bouteflika.

 

Sondage

Pour lutter contre le chômage, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche :
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com