Nous sommes le Samedi, 10 Déc 2016
Vous etes ici :     Home
François Hollande renonce à être candidat à sa propre succession PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Jeudi, 01 Décembre 2016 21:46

Communiqué du Bureau National de l'UPF du 1er décembre 2016

 

Voici dans son intégralité le communiqué du Bureau National de l'UPF concernant la décision de François Hollande de ne pas être candidat à l'élection présidentielle :

 

François Hollande renonce ce soir à se représenter à la présidence de la République.

Cette annonce est un coup de théâtre à plusieurs titres.

Au plan symbolique d'abord, puisque c'est une grande première sous la Vème République qu'un président en exercice n'assume pas son bilan devant les Français au terme de son mandat. Le moment est donc solennel et comptera dans l'histoire politique de notre pays.

Au plan politique ensuite, car derrière le discours empreint de dignité se cache un terrible aveu d'échec. Un quinquennat pour rien, tel est bien la réalité du bilan de ces cinq ans. Il est celui des occasions ratées ; des erreurs accumulées et des renoncements multiples.

C'est aussi la preuve de l'impuissance du chef de l'Etat face aux divisions de la gauche qui explose sous les yeux des Français depuis de nombreux mois avec la répétition de revers électoraux ; les multiples défections du gouvernement (Montebourg, Taubira, Macron) ou encore les députés qui ont ouvertement critiqué le gouvernement lors de la loi Travail...

Au lendemain de la primaire de la droite qui a vu les éliminations de Sarkozy et Juppé et au soir de l'abandon piteux en rase campagne de François Hollande, la présidentielle est plus que jamais ouverte. Les Français ne voulaient plus des sortants. Ils seront exaucés. Il y aura un nouveau président dans 6 mois. De ce jeu rebattu, qui sortira du chapeau ? les sondages ne sont plus fiables, la volatilité des électeurs étant très forte ; le candidat qui sera choisi lors des primaires socialistes devra affronter Mélenchon sur sa gauche et Macron sur sa droite ; le programme ultra-libéral de François Fillon commence sérieusement à inquiéter... les incertitudes sont légions.

La France tournera donc une page en mai prochain. Il s'agira de ne pas se tromper. Notre pays ne peut pas se permettre de perdre cinq années supplémentaires en immobilisme ou en divisions stériles.

Mis à jour ( Jeudi, 01 Décembre 2016 22:08 )
 
Motion d'orientation politique adoptée en Convention Nationale à Paris le 26 novembre 2016 PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Samedi, 26 Novembre 2016 18:42
MOTION D'ORIENTATION POLITIQUE




Les Français sont gaullistes sans le savoir.

En effet, l’aspiration à retrouver une France indépendante, maître de son destin, traverse actuellement tous les courants politiques et renverse les schémas établis sur son passage.

Les observateurs n’ont pas vu l’opinion évoluer : la popularité de Macron qui surfe sur le dépassement des vieux clivages ; l’écho trouvé par la rhétorique patriotico-populiste de Marine Le Pen ou de Mélenchon ; associé à la défaite de Sarkozy et au rejet de Hollande - deux faces d’une même médaille - qui incarnent une politique de soumission aux diktats de la finance ; à l’Europe supranationale et aux velléités interventionnistes de l’actuelle administration américaine, sont bien la preuve d’une nouvelle espérance du peuple Français.

Et, à bien y regarder, de cet ensemble hétéroclite, c’est un véritable désir de gaullisme qui émerge et se répand comme une traînée de poudre.

Mais il serait faux de croire que celui-ci se réduit à un conservatisme incarné par le traditionaliste électorat de droite - qui l’a encore prouvé lors des primaires de leur camp - ou à un souverainisme soudainement redevenu recommandable qui ne permet pas de répondre à toutes les problématiques auxquelles la France est confrontée.

Le peuple français ne bouscule pas le paysage politique parce qu’il est soudainement devenu adepte du repli sur soi et de l’intolérance mais parce qu’il a envie de se sentir écouté et respecté alors qu’il ne voit pas poindre une véritable offre politique ou de projet cohérent.

Aujourd’hui, les gaullistes sont ainsi les seuls en capacité de faire la synthèse et d'être le réceptacle de toutes ces attentes.

Pour y répondre et aborder les défis du monde dans lequel nous vivons avec un regard nouveau, l’Union du Peuple Français doit se réinventer pour devenir le cadre de référence qui comptera dans le débat public et portera les solutions de demain.

Imaginer ensemble un autre avenir et repenser la politique différemment avec les Français seront donc nos objectifs permanents durant la campagne présidentielle et dans les mois qui suivront, car seule leur réalisation permettra d’envisager un nouveau pacte citoyen et républicain où les citoyens seront plus respectés et écoutés parce que davantage associés aux prises de décision.



                                                                                               
Paris, le 26 novembre 2016
Mis à jour ( Samedi, 26 Novembre 2016 20:31 )
 
Fillon, candidat par KO... par Sébastien NANTZ PDF Imprimer E-mail
Écrit par Sébastien   
Lundi, 21 Novembre 2016 12:32
Le grand cinéma de la primaire de la droite a rendu son verdict. Sauf énorme tremblement de terre d'ici dimanche prochain, François Fillon sera désigné candidat de la droite pour la présidentielle de 2017.

Plusieurs leçons sont à tirer de ces résultats :

¤ Le premier - et ça en devient une habitude - c'est que les instituts de sondages se sont encore trompés sur toute la ligne et n’ont pas su anticiper l’ampleur de la vague qui a porté François Fillon et noyé tous ses concurrents. Les médias voulant influencer les Français ont subi un nouveau camouflet et doivent faire amende honorable. Ce que nos médias n'ont toujours pas compris c'est que s'il existe une catégorie que les Français détestent encore plus que les politiques ce sont bien les journalistes et leurs scénarios écrits à l’avance !

¤ La seconde leçon c'est que quand on a été chef d'Etat on ne se rabaisse pas à participer à des primaires ! Peut-on seulement imaginer de Gaulle, Mitterrand ou Chirac participer à ce genre de mascarade ? Nicolas Sarkozy a joué avec le feu en cédant à ceux qui voulaient américaniser l'élection présidentielle française et il pensait être plébiscité par les électeurs de droite après avoir fait main basse sur l’UMP devenue LR… bien mal lui en a pris car le voilà, à sa grande surprise, éliminé dès le premier tour. Il n’a pas pris la mesure du rejet qu’il provoquait et il termine ainsi sa carrière politique par une humiliation.

¤ La troisième leçon que nous enseignent ces résultats, c'est que dans une primaire de la droite on s'adresse uniquement aux électeurs de droite. Imaginer que les opposants de gauche se rendront en masse dans les urnes pour porter en triomphe un candidat de droite est d’une naïveté désarmante et d’un amateurisme criard ! Pensant s'appuyer sur un électorat de gauche - qui n'a pas vocation à s'exprimer dans une primaire de droite - et un électorat du centre qui ne représente quasiment rien, Alain Juppé a joué et à perdu également ! le doyen de ces primaires peut s'en mordre les doigts car, avec 600 000 votes d’avance, François Fillon a tué le match.

Mais le plus dur commence pour ce dernier, à savoir rassembler une droite qui n'a cessé de s'entredéchirer durant cette campagne et qui va continuer à le faire durant cet entre-deux-tours puisqu’Alain Juppé n’a pas eu la dignité de se retirer avec les honneurs hier soir.

Ne nous leurrons pas, le programme de François Fillon est le même que ses adversaires et futurs alliés de droite et ne correspond nullement à la vision que, nous gaullistes, nous nous faisons de la France.

Fort heureusement ses positions en matière de politique extérieure diffèrent de celles d'un Alain Juppé, euro-fédéraliste et atlantiste forcené.

Réjouissons-nous au moins de ça ! Il faut hélas se satisfaire de peu !
 

Sondage

Seriez-vous favorable ou opposé à ce que la France sorte de l'Union Européenne comme le Royaume-Uni ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com