Nous sommes le Mardi, 21 Fév 2017
Vous etes ici :     Home
In memoriam Parti Socialiste par Sébastien NANTZ PDF Imprimer E-mail
Écrit par Sébastien   
Dimanche, 29 Janvier 2017 23:27
Cette triste primaire citoyenne de la "Belle Alliance Populaire" a pris fin ce soir. Une fin que très peu aurait pronostiqué il y a quelques semaines. Mais il faut avouer que dans cette élection présidentielle, plus que toute autre, il ne faut pas s'y risquer.

Benoit Hamon a remporté haut la main cette primaire avec près de 60% des voix. C'est avant tout la défaite de François Hollande et la sanction d'un quinquennat raté mais aussi le rejet d'une ligne sociale-libérale qui déçoit les ouvriers et les classes moyennes qui ne se reconnaissent plus dans ces socialistes convertis au libéralisme.

Après avoir mis à la retraite Nicolas Sarkozy, avoir renvoyé Alain Juppé dans sa mairie de Bordeaux, les Français ont décidé de dire à Emmanuel Valls tout le bien de ce qu'ils ont pensé de sa politique menée à Matignon. Il ne fait pas bon être favori des sondages !

Les électeurs de gauche ont donc fait le choix ce soir de donner le pouvoir aux frondeurs représentés par Benoit Hamon.
 
Mais, pour autant, que les socialistes ne se fassent pas d'illusions, le bilan catastrophique de ce quinquennat conduira le représentant de ce parti à la présidentielle à recueillir le score le plus bas depuis l'élection présidentielle de 1969 avec un Gaston Deferre qui avait réalisé celui de 5%.

Au soir du premier tour de la présidentielle, le Parti Socialiste ne sera plus l'une des principales forces de ce pays et les législatives le confirmeront.
 
Nous nous dirigeons donc vers une recomposition totale de la vie politique qui place les gaullistes devant leurs responsabilités car ils devront saisir cette chance pour reprendre la place qui était la leur.

Nous souhaitons bonne chance à Benoit Hamon qui essuiera les plâtres. Mais en ce qui concerne les gaullistes, nous préférons définitivement et de loin Léo Hamon à Benoît !
Mis à jour ( Dimanche, 29 Janvier 2017 23:57 )
 
Les voeux 2017 de l'UPF PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Samedi, 31 Décembre 2016 09:00

 

"A chaque fois ce sont des peuples, des nations qui ont su imposer la force de leurs idées, à celle des choses. La dernière fois, ce fut le général de Gaulle, par la seule présence de la pensée et de l’action." - William Abitbol

 

Les années se suivent et, malheureusement, se ressemblent dramatiquement.

L'année 2016 ne nous aura pas épargné avec son lot de souffrances. La France et l'Europe (Bruxelles ; Berlin...) ont encore eu à subir la folie meurtrière des terroristes fanatiques qui profitent de nos abandons de souveraineté et des faiblesses de nos services de renseignement pour nous frapper.

Mais, face aux épreuves, notre pays n'a pas basculé grâce à une grande capacité de résilience nationale.

Dans ce contexte incertain, les initiatives citoyennes ont résonné plus fort que jamais durant ces derniers mois marquant ainsi la volonté de retrouver une vision partagée de l'avenir.

La mobilisation dans les rassemblements de Nuit Debout mais aussi dans les collectifs citoyens et associatifs, participe d'un même esprit : il suffit d'une personne pour lancer un mouvement de masse, à la fois radical et populaire, non-violent et déterminé. Et à chaque fois qu'une personne s'engage, l'espoir renaît en chacun de nous que demain peut être différent.

Crise des partis politiques, de la représentation... les citoyens sont à la recherche de nouveaux modèles politiques plus justes et de nouvelles têtes pour les porter.

Les partis ne séduisent plus et ils n'ont plus le monopole de la politique qui se fait aujourd'hui largement en dehors de ceux-ci. Aussi, renouer avec le peuple ne se décrète pas, encore faut-il être à l'écoute et intégrer les idées et revendications de la société civile pour redevenir porteur d'espoir.

Aucun des mouvements politiques existants, tous dirigés par des professionnels de la politique, ne le fera réellement. Encore moins si on leur demande d'abandonner leurs clivages moisis ou de se transformer dans l'esprit d'un rassemblement le plus large. C'est pourquoi, il incombe à l’Union du Peuple Français - qui prône depuis longtemps cette rupture, fondement du gaullisme - d'accompagner chacun d'entre vous dans l'année qui s'ouvre pour que les actions que vous pouvez initier ou que vous soutenez aient le plus de résonance possible.

La séquence électorale qui s'ouvre en France nous en donne justement les moyens. Elle doit permettre de redonner du sens à la chose publique et de refondre les pratiques politiques.

Après le quinquennat calamiteux de François Hollande, qui a fait perdre cinq ans à notre pays, succédant à l'omniprésident et omniscient Nicolas Sarkozy, il est nécessaire de reconstruire le lien de confiance entre les élus et les citoyens en portant au pouvoir un candidat qui s'engage à "réhabiliter notre Etat, lui redonner son sens républicain, l'accorder à la réalité de notre temps."

Malgré l'apparition de nouveaux candidats à l'élection présidentielle ; avoir vu certains ne pas passer le cap des primaires et d'autres renoncer, le paysage politique français a-t-il vraiment changé en 2016 ? on attend encore vainement celui qui saura sortir des discours gestionnaires pour promouvoir le bien commun.

Cela suppose avant tout de reprendre notre indépendance, notamment vis à vis du carcan européen, et de retrouver des marges de manoeuvre politiques et financières. Cet idéal de souveraineté est l'une de nos raisons d'être.

Certes, il a été renié par la grande majorité de la classe politique et, avec la disparition de William Abitbol le 22 décembre, une page s'est définitivement tournée sur une époque politique révolue mais les idées qu'il portait ont, paradoxalement, essaimé et sont devenues majoritaires au sein de la société française.

Cette année électorale est enfin l'occasion de les voir triompher, tout en se gardant de tomber dans le piège des logiques nationalistes ou communautaristes menant à des enfermements identitaires.

Le rendez-vous est d'importance pour notre Nation. Il s'agit de ne pas se tromper et de ne pas perdre cinq années supplémentaires qui déclasseraient définitivement la France en l'engageant dans des impasses aussi bien politiques qu'économiques.

A chacune et à chacun d'entre vous, le Bureau National de l'Union du Peuple Français vous souhaite, ainsi qu'à vos familles et à vos proches, une bonne et heureuse année 2017.

Mis à jour ( Samedi, 31 Décembre 2016 09:10 )
 
François Hollande renonce à être candidat à sa propre succession PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Jeudi, 01 Décembre 2016 21:46

Communiqué du Bureau National de l'UPF du 1er décembre 2016

 

Voici dans son intégralité le communiqué du Bureau National de l'UPF concernant la décision de François Hollande de ne pas être candidat à l'élection présidentielle :

 

François Hollande renonce ce soir à se représenter à la présidence de la République.

Cette annonce est un coup de théâtre à plusieurs titres.

Au plan symbolique d'abord, puisque c'est une grande première sous la Vème République qu'un président en exercice n'assume pas son bilan devant les Français au terme de son mandat. Le moment est donc solennel et comptera dans l'histoire politique de notre pays.

Au plan politique ensuite, car derrière le discours empreint de dignité se cache un terrible aveu d'échec. Un quinquennat pour rien, tel est bien la réalité du bilan de ces cinq ans. Il est celui des occasions ratées ; des erreurs accumulées et des renoncements multiples.

C'est aussi la preuve de l'impuissance du chef de l'Etat face aux divisions de la gauche qui explose sous les yeux des Français depuis de nombreux mois avec la répétition de revers électoraux ; les multiples défections du gouvernement (Montebourg, Taubira, Macron) ou encore les députés qui ont ouvertement critiqué le gouvernement lors de la loi Travail...

Au lendemain de la primaire de la droite qui a vu les éliminations de Sarkozy et Juppé et au soir de l'abandon piteux en rase campagne de François Hollande, la présidentielle est plus que jamais ouverte. Les Français ne voulaient plus des sortants. Ils seront exaucés. Il y aura un nouveau président dans 6 mois. De ce jeu rebattu, qui sortira du chapeau ? les sondages ne sont plus fiables, la volatilité des électeurs étant très forte ; le candidat qui sera choisi lors des primaires socialistes devra affronter Mélenchon sur sa gauche et Macron sur sa droite ; le programme ultra-libéral de François Fillon commence sérieusement à inquiéter... les incertitudes sont légions.

La France tournera donc une page en mai prochain. Il s'agira de ne pas se tromper. Notre pays ne peut pas se permettre de perdre cinq années supplémentaires en immobilisme ou en divisions stériles.

Mis à jour ( Vendredi, 30 Décembre 2016 17:39 )
 

Sondage

Seriez-vous favorable ou opposé à ce que la France sorte de l'Union Européenne comme le Royaume-Uni ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com