Nous sommes le Dimanche, 26 Jui 2016
Vous etes ici :     Home
BREXIT ! THEY ARE OUT ! PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Vendredi, 24 Juin 2016 10:13
Communiqué du Bureau National de l'UPF du 24 juin 2016

Voici dans son intégralité le communiqué du Bureau National de l'UPF au lendemain du référendum britannique sur l'appartenance à Union Européenne :

Après 43 ans de rapports compliqués, le peuple britannique a repris, hier, les rênes de son destin en choisissant de quitter l’Union Européenne à près de 52 %.

C’est un séisme pour les élites financières et leurs serviteurs politiques.

Mais c'est surtout un grand jour pour la souveraineté des nations que nous défendons et un vent d’espoir qui souffle sur le continent.

En effet, les britanniques montrent ainsi la voie aux autres peuples européens.

L'échec de l'Union Européenne est patent. Et elle ne récolte dans ce référendum – qui en appelle d’autres – que ce qu'elle a semé.

L'Europe technocratique de Bruxelles s'est construite contre les peuples et les exemples en sont légions ces dernières années, du référendum français de 2005, foulé au pied, en passant par la Grèce pressurée pour le plaisir des marchés financiers et de la Troïka.

Il est assez jubilatoire de voir les têtes d’enterrement de tous les journalistes sur les chaînes d’information continue ce matin et d’entendre des énormités plus grosses les unes que les autres.

Que les choses soient claires : le Tunnel sous la Manche sera toujours là demain et la vie à Londres ne sera pas plus difficile qu'hier.

Les britanniques ont simplement choisi de mettre fin à une construction mortifère sur laquelle ils ont toujours été critiques depuis des années, à juste titre ! Les échanges continueront avec eux comme avant. On ne revient pas à l'âge de pierre en quittant l’UE.

Il s’agit maintenant de démanteler ce système supranational et la France devra y prendre toute sa part. Cessons d'avoir peur de l'avenir. Soyons inventifs et construisons d'autres échanges entre les nations européennes qui ne soient pas dictées que par des intérêts financiers.
Mis à jour ( Vendredi, 24 Juin 2016 14:37 )
 
Et vogue la galère socialiste... par Sébastien NANTZ PDF Imprimer E-mail
Écrit par Sébastien   
Jeudi, 11 Février 2016 22:36
Le remaniement tant attendu depuis la fin des élections régionales est arrivé.

Ce remaniement annoncé comme ayant vocation "à préparer 2017" n'apporte aucune réelle surprise en dehors du retour de Jean-Marc Ayrault qui, 2 ans après quitté Matignon, revient pour remplacer Laurent Fabius, futur président du Conseil Constitutionnel.

Ce remaniement vise surtout à resserrer les rangs derrière François Hollande avec, notamment, la nomination de leaders issus des partenaires du PS comme Jean-Michel Baylet président du PRG ou Jean-Vincent Placé, président de la confidentielle « Union des Démocrates et des Ecologistes » qui a enfin obtenu ce qu'il attendait depuis 4 ans.

Outre Jean-Vincent Placé, enfin placé, deux autres écologistes font leur apparition, en l’occurrence Barbara Pompili et surtout Emmanuelle Cosse qui quitte la direction d'EELV préférant une place au gouvernement.

Cette manœuvre de François Hollande vise avant tout à fragiliser un parti qui depuis plusieurs mois agit afin de proposer une alternative de gauche face à l'actuel président de la République.

Pour le reste, rien de particulier si ce n'est la création de nouvelles places virtuelles pour remercier les copains. Nous voilà ainsi avec un secrétariat d'état à l'habitat durable et un à l'égalité réelle !

Si d'aventure un nouveau remaniement devait s'opérer avant la présidentielle et que François Hollande manque d'idée pour placer ses amis, il peut toujours nous demander des conseils et, alors, nous lui suggérerons la création des secrétariats d'état à la justice juste ; aux libertés véritables ; à la culture intelligente ; à l'éducation attractive ; aux réformes réformables et, vu qu'il y a déjà un secrétariat à l'habitat durable, pourquoi ne pas en créer un à l'habitat provisoire ?

Quant à la ligne politique, rien de nouveau sous le soleil. Jusqu'à la fin, la présidence Hollande aura bien été fade et sans imagination, pauvre France !
Mis à jour ( Vendredi, 12 Février 2016 08:41 )
 
Les voeux 2016 de l'UPF PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Jeudi, 31 Décembre 2015 10:00


"Malgré ses épreuves terribles, notre peuple se sait et se sent assez riche d'idées, d'expérience et de force pour rebâtir, comme il l'entend, l'édifice de son avenir." - Charles de Gaulle

Jamais la France n'a paru aussi fragile qu'à l'orée de cette nouvelle année. Visé par le terrorisme islamiste radical, ce poison salafiste importée d'Arabie et du Qatar ; affaibli économiquement et divisé électoralement, notre grand pays est en souffrance.

Le tableau est particulièrement sombre. L'avenir incertain et chargé de menaces inquiète nombre d'entre nous pour qui les difficultés peuvent paraître insurmontables. Pire, nos dirigeants actuels amènent les Français à douter d'eux-mêmes.

Les solutions sont pourtant entre nos mains et 2016 peut être une année pleine d'espoir et de renouveau. Il suffit pour cela que les citoyens croient suffisamment en leur capacité d'analyse, de critique et de réflexion pour se réapproprier collectivement la France et redevenir maîtres de leur destin.

Partis politiques alternatifs tels que le nôtre ; organisations de la société civile et autres mouvements citoyens - suivant en cela l'exemple des succès populaires en Grèce et en Espagne - peuvent et doivent mettre leurs forces et leurs moyens en commun pour créer un nouveau dialogue politique, à la hauteur de la défiance envers la classe politique traditionnelle qui est aujourd'hui une constante structurelle.

Car, qui peut croire que cette classe politique a entendu le message qui lui a été envoyé au début du mois de décembre lors des élections régionales ? les querelles partisanes pour désigner les candidats à l'élection présidentielle de 2017 ont repris comme avant et occuperont le devant de la scène durant toute la prochaine année...

Il y a pourtant tellement mieux à faire que de passer son temps dans les oppositions politiciennes stériles car une autre voie démocratique et sociale, aux antipodes des chimères européistes ou des tentations nationalistes, est possible.

Le projet européen est à bout de souffle : cette année, la crise grecque a fait éclater au grand jour les défaillances, les marchandages et les chantages mis en œuvre dans la gestion de la zone Euro ; la crise des réfugiés a crée une tension extrême dans toute l'Europe centrale et dans les Balkans ; enfin, nos gouvernants ont fait mine de combattre le terrorisme à l’extérieur de nos frontières en oubliant de protéger leur propre pays. Les accords de Schengen favorisant une libre circulation dans l’espace européen sont un facteur de risque pour la sécurité intérieure des Etats membres. Leur suspension provisoire est insuffisante et ils doivent être dénoncés juridiquement.

Les Français ont aujourd'hui pris conscience que la déplorable situation de notre pays réside dans l'intégration européenne à marche forcée et les choix de politique économique et sociale effectués depuis le début des années quatre-vingt par tous les gouvernements, qu'ils soient de gauche comme de droite.

Mais on ne peut espérer redresser le pays et recréer en France un climat d'unité en confiant son avenir à l'extrême-droite nationale-populiste qui n'a de cesse de dresser les uns contre les autres. Cela n'a jamais fait une politique. Méfions-nous des mirages qui n'ont pas pour but de changer en profondeur notre système politique et qui, au contraire, n’apportent aucune solution à ceux qui souffrent.

Chaque époque a connu son lot de peurs et d'appréhensions ; chaque génération s'est vu infliger la rengaine du déclin. Et à chaque fois, notre pays a su trouver au fond de lui-même l'énergie du sursaut lui permettant de relever les défis son temps.

Notre responsabilité - dans le droit fil de la motion d'orientation politique adoptée le 5 décembre dernier - et celle des gaullistes - qui ont toujours fustigé le "régime des partis" - est d'apporter d'autres perspectives à notre pays en donnant corps à ce projet de société qui incluera tous les citoyens et donnera du sens au vivre-ensemble.

Changer notre manière de faire de la politique ; repartir de la base ; retisser les liens distendus ; apprendre à respecter l'autre et à l'encourager dans ses initiatives : le temps est venu pour les politiques professionnels qui ont fermé la porte à la démocratie de faire la place aux professionnels s’occupant de politique... cette révolution est inéluctable. Elle est déjà en marche.

La lucidité n'exclut pas l'espérance. Aussi, oublions très vite cette année éprouvante pour faire de 2016 une belle année pour tous les Français.

A chacune et à chacun d'entre vous, le Bureau National de l'Union du Peuple Français vous adresse, ainsi qu'à vos familles et à vos proches, ses voeux les plus chaleureux pour une année solidaire et citoyenne !
Mis à jour ( Jeudi, 31 Décembre 2015 10:00 )
 

Sondage

Seriez-vous favorable ou opposé à ce que la France sorte de l'Union Européenne comme le Royaume-Uni ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com