Nous sommes le Lundi, 20 Sep 2021
Vous etes ici :     Home
Les réflexions gaullistes de la semaine du 6 au 12 septembre 2021 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Jeudi, 09 Septembre 2021 16:33

Jeudi 9 septembre 2021 :  

Autant Salah Abdeslam était resté quasi-muet devant les Juges d'Instruction qui ont voulu l'interroger et lors de son procès à Bruxelles en 2018 (où il a été condamné à vingt ans de prison pour avoir tiré sur des policiers en 2016), autant il a vite changé de ligne de conduite dès l'ouverture du procès des attentats du 13 novembre 2015 (lire réflexions gaullistes CC, 08/09).

En se décrivant comme « un combattant de l’État islamique », « traité comme un chien » en prison, le principal accusé a choisi la carte de l'outrance et de la provocation dès le premier jour d’audience. 

N'ayant rien à espérer sur son sort, c'était le risque encouru venant d'un homme qui est incontrôlable. 

Et il va falloir maintenant tout le doigté et l’expérience du président de la Cour d'assises spéciale, Jean-Louis Périès, pour éviter que ce procès ne se transforme en tribune ouverte pour vomir son prosélytisme religieux. 

Car, face aux gesticulations de l'accusé, la Cour et les parties civiles devront opposer fermeté, dignité et respect des principes juridiques. 

Quant aux Français, au lieu d'attendre tous les soirs pendant 9 mois de savoir quelle nouvelle énormité cet illuminé aura gratifié la Cour durant l'audience, ils feraient mieux de revendiquer leur fierté de vivre dans un pays laïc, où la raison est le fondement de nos structures sociales et où il fait bon vivre comparé à Kaboul ou ailleurs... 

Alors, demandons-nous comment partager et défendre ces valeurs qui fondent notre société car la lutte contre le terrorisme est tout aussi (voir plus) culturelle et intellectuelle que sécuritaire et militaire ! 

Enfin, en guise de conclusion pour la gouverne de l'autre fou de Dieu, peut-être pourrait-on lui rappeler qu’un chien ne coûte pas 433 000 € par an de gardiennage en fourrière !


Mercredi 8 septembre 2021 :  

La France ouvre, aujourd’hui à Paris, le « procès du siècle », celui de tous les superlatifs : aux côtés de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos terroristes du Stade de France, des terrasses et du Bataclan, 13 complices actifs présumés devront répondre de leurs actes face à près de 1 800 parties civiles et 330 avocats (dont 30 pour la défense) dans une salle spécialement construite pour l’occasion.

Pendant neuf mois, les débats - qui seront filmés - devront permettre de faire la lumière sur l’horreur absolue des attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés. 

Ils sont l’équivalent pour notre pays du 11 septembre 2001. 

Le choc et la sidération qu’ont pu entraîner ces attaques simultanées ; la violence et le bain de sang qui en a résulté ont marqué la société de leur empreinte.  

Et parmi les différents retentissements, comment ne pas évoquer un climat de peur, un accroissement des préoccupations sécuritaires et des inquiétudes relatives à la cohésion sociale…

Autant dire que le symbole est fort de juger ces hommes.

C’est l’honneur d’une démocratie de garantir le droit à un procès équitable, là où les fanatiques veulent imposer leur ordre moral par la force !

Pour autant, un procès est-il suffisant en soi pour lutter contre l’obscurantisme religieux ? les influences étrangères sur une jeunesse française désœuvrée dans des cités dortoirs ou dans les prisons, vivier de radicalisation, ne disparaitront pas comme par enchantement avec le verdict fin mai 2022… après la présidentielle. 

Alors, gare aux attentes trop grandes qui seront forcément déçues !

Mis à jour ( Vendredi, 10 Septembre 2021 10:08 )
 
Les réflexions gaullistes de la semaine du 30 août au 5 septembre 2021 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Lundi, 30 Août 2021 15:26

Lundi 30 août 2021 :  

A partir d'aujourd'hui, les salariés travaillant dans des lieux accueillant du public doivent, comme le reste de la population, disposer d'un pass sanitaire valide pour pouvoir continuer leur activité, sous peine de se voir suspendre leur contrat de travail ainsi que leur rémunération. 

Véritable rupture d'égalité entre les salariés que le Conseil Constitutionnel n'a pas daigné censurer, sous prétexte de la limitation dans le temps de l'obligation du pass (lire estivales VL, 06/08), cela revient dans les faits à sanctionner disciplinairement une personne pour un motif extérieur à l'exécution de son contrat de travail. 

Sans compter les incohérences… par exemple, quelle logique y-a-t-il à rendre obligatoire le pass sanitaire à la SNCF mais pas à la RATP ?

En tout état de cause, ce sont près de deux millions de Français qui vont être concernés.

Et c'est maintenant que les vrais problèmes vont commencer. Comment les employeurs vont-ils s'organiser ? vont-ils accepter que leurs employés posent des RTT et des congés payés ou engager des procédures de licenciement si l'absence se prolonge et qu’ils la considèrent comme injustifiée ? 

Le gouvernement a ouvert la boîte de Pandore au moment même où on a besoin de tous pour assurer une reprise économique durable. Cet aspect du pass sanitaire aurait dû être assoupli, à défaut d’être supprimé, car on ne lutte pas contre une pandémie en sacrifiant des emplois. Sans compter la baisse d’activité induite par cette nouvelle obligation…

Comment oser, après cela, s’enorgueillir que l’objectif de 50 millions de Français primo-vaccinés contre le Covid-19 soit atteint à la fin de l’été quand on laisse sciemment au bord du chemin des milliers de réticents ?

Cette stratégie, peut-être électoralement payante, alimente de profondes ruptures qui font perdre au pays, certainement pour longtemps, le sens de l’unité.

Mis à jour ( Lundi, 30 Août 2021 15:38 )
 
Les Estivales 2021 de Valentin LAGORIO PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Dimanche, 01 Août 2021 11:47

23.08.21 : Une nouvelle année scolaire sous tension sanitaire

Le Ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a été catégorique : il n'y aura pas de passeport sanitaire à l’école. 

Mais le protocole sanitaire entrant en vigueur début septembre est de niveau 2 sur une échelle de 4.

Du primaire au lycée, un accueil des élèves en présentiel (quel mot hideux devenu à la mode !) sera assuré avec le port du masque obligatoire en intérieur et des fermetures de classes seront possibles dès l’apparition d’un cas contact. 

De plus, les cours d’éducation physique et sportive seront soumis à des restrictions avec l’interdiction des sports de contact en intérieur et le brassage des élèves par niveaux sera limité.

Monsieur Blanquer affirme que la très grande majorité des enseignants sont vaccinés et que plus de 55% des 12-17 ans ont reçu au moins une dose. Il promet aussi que la campagne vaccinale sera opérationnelle dans tous les établissements scolaires.

Si le passeport sanitaire est inutile pour les sorties scolaires, les piscines, les bibliothèques, il sera obligatoire pour aller dans les musées. Les élèves non-vaccinés pourront faire un test, qui restera gratuit en milieu scolaire. 

Or, si la majorité des professeurs et des élèves sont vaccinés, pourquoi éterniser ces protocoles ? voilà de quoi donner du grain à moudre aux contestataires du samedi !

 

18.08.21 : Le Var ravagé par les flammes

En dehors de l’actualité internationale, nos pensées se tournent vers les Varois et les Varoises qui font face à un puissant feu, attisé par un fort vent, dans l’arrière-pays de Saint-Tropez.

3500 hectares de végétation ont brûlé ; 7000 personnes ont du être évacuées en urgence et, malheureusement, un mort est à déplorer.

Cet incendie, dont certains soupçonnent son origine criminelle car le départ est proche d’une aire d’autoroute, est un énième désastre environnemental avec ce que comporte ici les terres du Var, ses pins parasols et ses chênes séculaires, sa terre rouge, 250 espèces sauvages qui y résident.

Le président de la République s’est déplacé hier dans le Var. Étant en villégiature au fort de Brégançon, il était aisé pour lui de venir sur place... pour quoi faire ? nous n’avons pas besoin d’un président qui vient se pavaner sur les lieux d’un incendie monstre.

Courage et soutien à nos soldats du feu qui font tout ce qu’ils peuvent pour en venir à bout !

 

17.08.21 : Afghanistan : rien n'a changé !

En moins de 10 jours, les Talibans ont pris le contrôle de la grande majorité du pays. 

Ce dimanche 15 août 2021, ils sont entrés dans Kaboul ; le président afghan Ashraf Ghani, s’est enfui et l’aéroport a été assiégé. 

Vingt ans de présence des États-Unis ; des interventions et institutions montées pour rien, les Talibans écartés du pouvoir qui reviennent en force.

Manifestement, les Américains n’ont pas compris la différence entre un repli ordonné et un désastre. 

La fameuse mission civilisatrice de l’Occident et de la France, n’a pas lieu d’être. Si la population soutient les Talibans, pourquoi instaurer la démocratie dans un pays qui n’en veut pas ? car si ce pays en voulait, les Américains n’auraient pas échoué. 

Et que dire en pensant à nos 90 enfants morts sur cette terre afghane ? pour quel résultat ? nous pensons énormément à leur famille, à leurs proches. 

Personnellement, c’est l’écœurement qui prédomine. 

Les Talibans vont instaurer un régime à l’iranienne, peut-être légèrement plus souple pour se maintenir au pouvoir.

Quant aux craintes de voir l’Afghanistan de nouveau comme une base arrière du djihadisme, dans l'immédiat les Talibans n’ont pas de visée internationale, il se focalisent sur l’Afghanistan. 

Par contre, il se peut que cette offensive, émanant tout de même de la nébuleuse djihadiste, donne des idées notamment à l’État Islamique qui sommeille en Syrie et en Irak pour reprendre les offensives, de même en Afrique… et pourquoi pas en Occident. 

Dans ce chaos, le rôle de la France consiste surtout à ne laisser de côté ni les ressortissants français, ni ses alliés en Afghanistan (les interprètes) et à protéger ses intérêts humains et matériels.

 

10.08.21 : La communauté catholique encore meurtrie

Lundi 9 août 2021, le prêtre Olivier Maire de Saint-Laurent-sur-Sèvre en Vendée (85), a été tué par un ressortissant rwandais qu’il hébergeait depuis plusieurs années. 

Ce rwandais est en situation irrégulière en France et a déjà fait l’objet de plusieurs tentatives d’expulsions mais la dernière ne pouvait être appliquée car cet individu est soupçonné d’avoir incendié la cathédrale de Nantes le 18 juillet 2020.

Suite à cet incendie criminel, il a fait un séjour en prison et été admis en soins psychiatriques de fin juin à fin juillet 2021. 

En connaissant l'instabilité mentale du suspect, pourquoi le parquet n’a pas jugé utile de l'orienter vers une unité sanitaire en milieu pénitentiaire (USMP), en attendant son procès ?

Il est grand temps, dans notre pays, qui tend la main et qui se la fait manger, de punir sévèrement tous ceux qui commettent des actes de violences, matérielles et/ou physiques, de renvoyer sur le champ les clandestins coupables de délits. 

Combien de personnes sommées de quitter le territoire français traînent encore chez nous ? 

Nous pensons très fortement aux proches du père Olivier Maire et à toute la communauté catholique touchée de nouveau dans sa chair, après les terribles attentats islamistes de juillet 2016 et octobre 2020.

Par cette nouvelle tragédie, l’âme de la France est touchée, il faut prendre le problème à bras le corps.

 

06.08.21 : Pass sanitaire : les Sages ne l’ont pas été

Ainsi, ce jeudi 5 août 2021, le Conseil Constitutionnel a validé l’essentiel de la loi sur le pass sanitaire : les bars et les restaurants ; les trajets à longue distance en train (TGV et intercités), bus, sont bien concernés par ce pass. Et la vaccination est bien rendue obligatoire pour les soignants.

Le pass est également nécessaire pour les visiteurs et les patients non urgents dans les établissements de santé et les maisons de retraite. 

Seulement deux dispositions sont annulées, celles de l’isolement obligatoire des malades et de la «rupture anticipée d’un CDD ou d’un contrat en intérim», mais ceux qui ont décroché un CDI pourront voir leur contrat suspendu et ne plus être payés ! 

Y avait-il vraiment quelque chose à attendre du Conseil Constitutionnel, dont les membres sont nommés par le pouvoir politique en place ? 

Ça ne se jouera pas au printemps prochain lors de la présidentielle ; les citoyens sont désabusés par le personnel politique, ils préfèrent manifester leur colère et leur désapprobation. 

Un nouveau samedi de manifestations est d'ailleurs prévu le 7 août et la mobilisation sera certainement au rendez-vous car les Français, capables de se mobiliser en masse en plein été (au point de faire pâlir de jalousie les syndicats), sont bien décidés à préserver les libertés publiques fondamentales.

 

01.08.21 : Pass sanitaire : un mouvement qui va durer ? 

Pour le troisième samedi consécutif, les Français ont battu le pavé pour défendre la liberté vaccinale et combattre la discrimination sociétale qui s’installe. Car c’est bien de cela qu’il s’agit même si les défilés sont hétéroclites et qu’on y retrouve des anti-pass ; anti-vaccins ; des vaccinés, et des gilets jaunes qui se retrouvent une nouvelle occupation après s’être mis en sommeil. 

Le ministère de l’Intérieur indique que plus de 200 000 personnes ont manifesté dans les rues de plusieurs villes de France. Je ne saurai dire si ce chiffre est exact, ce qui est sûr c’est qu’il y avait du monde. Et pour un 31 juillet, c’est une réussite pour les organisateurs. 

Si la majorité des cortèges se sont déroulés dans le calme, on ne peut pas en dire autant sur Marseille, Nantes et Paris. Une fois de plus, les forces de l’ordre ont été prises pour cible par les professionnels du désordre, profitant encore d’une grande manifestation pour casser du flic. A Montpellier, un pharmacien a été visé par un groupe de manifestants. Des journalistes ont été pris à partie. 

De par mon expérience dans le mouvement des gilets jaunes, je suggère aux actuels manifestants d’évincer tous ces éléments perturbateurs pour ne pas perdre le soutien populaire. Car la France profonde ne tolère pas la violence à l’encontre des forces de l’ordre, qu’elle ne considère pas comme des « suppôts de la Macronie », contrairement aux haineux qui s’immiscent dans n’importe quelle manifestation populaire pour tuer du flic. 

Quoi qu’il en soit, il revient désormais au Conseil Constitutionnel de modifier la loi sur le Pass sanitaire, pour faire changer de braquet l’exécutif qui ne mise que sur la vaccination. Or, comme dit précédemment (lire réflexions gaullistes CC, 25/07), jouer cette seule carte ne nous fera pas gagner la bataille contre le virus.

Si les Français se mobilisent en masse en plein été et que le gouvernement persiste dans son objectif de contraindre et de discriminer les Français, la rentrée risque d’être chaude, voire explosive.

Mis à jour ( Lundi, 30 Août 2021 10:59 )
 

Sondage

Comment évaluez-vous la gestion par le gouvernement de la crise liée au coronavirus ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com